Texte écrit en atelier : Promeneur de ma vie

 

Cœur en perspective, cœur blessé, relation cassée, sans cesse le souvenir me taraude et rôde au point de surgir inopinément à chaque instant.
Tous m’ont dit au-revoir dans le jardin aux papillons, sauf mon

chien, assis, qui se demande s’il est encore sur le chemin de ma vie.
Suis-je conscient de ce que je laisse derrière moi ?
Rien n’est fixe, tout bouge vient et va et je vais où me mènent mes pas.
Dans ma tête, dans mon cœur c’est un cataclysme où les papillons du jardin de mes souvenirs se heurtent violemment aux éclairs de l’orage de mon avenir…
Mais j’y vais… J’y vais tout droit et rentre sans m’en douter dans le labyrinthe de mon devenir… Venir de si loin, fait tout ce chemin pour courir, parcourir sur le gravier des sentiments, vais-je m’en sortir ?
C’est un oiseau de feu qui, surgi du centre du soleil, de son bec cornu et pointu me montre la direction. Il n’y a pas à se tromper, de l’ombre de ses ailes il dessine la marche de mes pas.
Après quelques années semées d’embûches, grâce au soleil et à l’oiseau, j’ai retrouvé la route des papillons : c’est le début d’une autre saison.
J’ai mûri et suis un autre en étant le même.
La roue de ma vie a tourné et m’a ramené à la maison.

Sylvie Dambrine

Publicités
Cet article, publié dans Textes écrits en atelier, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.