Fête de la lecture en Pays Bigouden. Saison 1, acte 4

Et voici le programme:

 

Automne dépliant fête de la lecture
Publicités
Publié dans Actions Bretagne, Antenne Bretagne | Tagué , , , , ,

Ecrire ensemble pour aller vers ???? qui sait !

Notre rencontre autour du cheminement vers le livre, fut une belle réussite :

Une bonne quinzaine de personnes ont abordé plusieurs questions avec nous :

Réunion du Vendredi 21 Septembre 2018

Au Casino de Fréjus – 18h00

De l’écriture d’un livre à sa publication

Avec Christophe Billot, Christine Graziani, Véronique et Dominique.

Thèmes à aborder : le processus d’écriture, la réalisation de l’objet livre

Petite introduction par histoire d’écrire, présentation des intervenants.La spécificité de l’écriture en tant que communication non-verbale.

3 questions vont structurer les échanges :

Pourquoi j’écris ? Tour de table

Différents genres (biographie, exploration d’une problématique personnelle, polar, contes, littérature blanche, romance,…) sont utilisés.

Différents objectifs : la transmission, le plaisir d’écrire, la quête personnelle (auto-thérapie)…

Comment j’écris ?

  • Sur papier ou directement sur l’ordinateur
  • En atelier d’écriture ou en solitaire, voire en accompagnement individualisé par un coach
  • J’écris spontanément ou bien je trace un plan avant de me lancer
  • Je ne peux pas commencer un nouveau livre sans avoir achevé le précédent.

Quand et où j’écris ?

Qu’est-ce qu’on fait de nos écrits ?

Fond du tiroir ou de l’ordi

Lecture

Diffusion en polycop dans un cercle d’intimes

Impression pour diffusion plus large

Par quel système on fait imprimer le livre ? Qu’est-ce que nous apporte l’édition d’un livre ?

Editeurs à compte d’éditeur ou à compte d’auteur pour partie ?

Que faut-il attendre d’un éditeur, que ne faut-il pas en espérer ?

Editeur local ou national

Autoédition

Maison d’édition associative (à compte d’auteur)

Pourquoi pas alors, ne pas commencer à écrire en atelier ? Joie garantie! 

Prochaines dates: Jeudi 4 et Jeudi 18 Octobre, 14h30 à Parcours83. 

 

Publié dans Antenne Var, Ateliers d'écriture Var, Textes écrits en atelier

Premier atelier d’écriture !

Une feuille blanche, un stylo qui fonctionne, une tasse de café ou de thé, une consigne amusante…et c’est parti pour une nouvelle année d’écriture partagée. 

Ce sera Jeudi 6 Septembre à partir de 14h30, dans les locaux de Parcours83. Venez en curieux, en habitué, en vacancier, en incertain, en ce que vous voulez…mais venez car vous repartirez autre, riche d’une expérience bénéfique, habité d’un sourire intérieur qui ne vous quittera plus ! Puis, Jeudi 20 Septembre sera la deuxième date d’une longue série d’ateliers en 2018/2019…

beverage-blank-blank-space-414691.jpg

En passant | Publié le par

Où il est question d’Histoire d’écrire et de son dynamisme…

Nous sommes cités ici comme une association à deux antennes, aux activités multiples, ateliers, rencontres littéraires, et on en passe…Les auteurs régionaux sont mis à l’honneur,  de « petits producteurs locaux » furieusement  tendance, non ? Soyez donc locavores de lecture ! Salon_du_livre_Bagnols_VM_20180731-page-001

 

Publié dans Actions Var, Antenne Var, Articles de presse, Ateliers d'écriture Var

Atelier d’été ce vendredi !

​Bonjour à Toutes et à Tous

C’est très bientôt, c’est ce vendredi qui vient !

Le Casino de Jeux de Fréjus nous accueille le :
vendredi 27 juillet 2018
à 18hOO
pour un atelier d’écriture spécial vacances.
Ecrire pour le plaisir de jouer avec les mots.
S’amuser à les combiner, à les mêler, les emmêler, à peut être oublier des lettres ou à fabriquer des drôles d’histoires courtes.
Juste passer un bon et joyeux moment à se détendre en écrivant.
Vous pouvez garder votre casquette et vos lunettes de soleil, mais n’oubliez pas votre stylo et votre envie d’écrire et de partager vos mots.
A très bientôt
Animation histoire d’écrire
Publié dans Actions Var, Antenne Var, Ateliers d'écriture Var

Martine Nézeraud publie un livre mémoire sur sa mère avec Histoire d’écrire

Albertine Nézeraud, née Quénet, en 1920, à Penmarc’h, a eu plus d’une vie, du Pays bigouden au Maroc, en passant par Saint-Jean-de-Luz et Lorient. Sa fille, Martine, a décidé de coucher sur le papier cette vie, depuis envolée, dans « Albertine ma mère ».

Ce livre, Martine Nézeraud aurait aimé qu’il soit écrit par sa mère. « C’est la première chose que j’ai dite à Michel Suzzarini, lorsque nous nous sommes rencontrés », explique-t-elle, attablée Chez Cathy, à Saint-Gué. C’était à un forum des associations, voilà près de deux ans. « Ma mère partie, il m’a dit que je pouvais le faire à sa place ». Elle s’est donc décidée, se voulant passeur de mémoire pour ses propres fils, Romain et Grégory, sans volonté première de publier. Elle participe alors aux ateliers d’écriture à la maison des associations de Plonéour-Lanvern, suit les conseils de l’écrivain, ouvre son écriture et son champ d’action. Un an et demi plus tard, elle et Michel Suzzarini ont reçu quelque 150 exemplaires de cet ouvrage, flirtant avec les 200 pages, appelé sobrement « Albertine ma mère ».

Une saga familiale

Point d’épopée, point de dragon pourfendu, point de miracle réalisé. Ce livre est celui d’une famille du Pays bigouden, avec, en point d’ancrage, une femme, Albertine Nézeraud, née Quénet, en 1920, à Kerfrez, en Penmarc’h. Ou plutôt trois. « Ma grand-mère, Marie-Anne Paul, née en 1880, à Plobannalec, ma mère et moi, à notre arrivée à Penmarc’h en 1956 », énumère la sexagénaire. Une sorte de saga familiale entre les deux conflits mondiaux, le travail, les grèves, l’Occupation, l’indépendance du Maroc, le retour des colons.

Trois parties, construites sur les souvenirs d’Albertine, qui « aimait raconter, elle avait beaucoup de mémoire. Elle parsemait ses histoires, ses souvenirs, d’anecdotes, pendant la Seconde Guerre mondiale, au Maroc… ». Le tout complété par les clichés familiaux, son propre travail d’enquête, ses propres souvenirs et ressentis. « Ma sœur aînée, Jacqueline, m’a dit qu’elle ne se souvenait pas forcément des mêmes choses que moi », note l’auteure.

Amoureuse d’un parachutiste

Alors, qui était Albertine ? « C’était le quatrième enfant de Jakez et Marie-Anne Quénet, des cultivateurs de Kerfrez, à Penmarc’h.

Elle est née en 1920, elle a travaillé à l’usine de sardines comme toutes ses amies, avant de partir à Saint-Jean-de-Luz ». On est en 1936. Elle abandonne la coiffe et le costume pendant deux ans. Avant de revenir au pays, la Guerre d’Espagne faisant rage. Elle retourne à l’usine, avant d’en claquer la porte et de partir, en 1944, vendre de la dentelle à Lorient sur les marchés. « À Auray, elle rencontre un soldat, colon marocain, explique Martine Nézeraud. Georges, mon père ».Georges Nézeraud, dont la famille est partie s’installer à Safi, à environ 400 kilomètres de Tanger, au Maroc, au début des années 1910. C’est l’amour fou. Le parachutiste est basé à Lorient, la vendeuse de dentelles repart dans le Pays bigouden lorsque Lorient commence à voir tomber les bombes. Ils se font la promesse de se retrouver. Et ils le feront, une dizaine de mois plus tard. « Ma mère a pris le bateau pour Toulon avec un de ses frères, puis seule jusqu’à Tanger, relate Martine Nézeraud. Elle ne savait même pas, avant, où se trouvait le Maroc ! ». Albertine restera dix ans, avant que le pays ne prenne son indépendance, en 1956.

L’invitation au voyage

C’est le retour au pays, à Kerfrez. Albertine, qui vendait à Casablanca des produits bretons, qui faisait partie de l’Amicale des Bretons au Maroc, retrouve ses proches, son littoral, son vent. Un temps. Avant de suivre son mari à Rennes, à Montpellier. Et de revenir, encore, à Kerfrez à la mort de Georges en 1970. Elle travaille à l’usine jusqu’en 1980. Ses filles sont installées en Guadeloupe et à la Réunion. « Je revenais tous les ans, j’en avais besoin », sourit Martine Nézeraud, avant de s’installer, une fois retraitée de la maïeutique. Définitivement. C’était en 2007 à Kerfrez, non loin des terres de son grand-père. Albertine est, elle, décédée en 2014.

Pratique

« Albertine ma mère » de Martine Nézeraud, tarif : 18 €. Lecture d’extraits, ce mercredi 4 juillet, Chez Cathy, à Penmarc’h, à 21 h. Dédicaces vendredi 6 juillet, au Hall de la presse de Saint-Guénolé, à partir de 10 h et dimanche 8 juillet, à la Maison de la presse du Guilvinec, à 10 h.

Ses livres sont placés dans la grande librairie du Pays bigouden à Pont-l’Abbé.
© Le Télégramme https://www.letelegramme.fr/finistere/pont-labbe/penmarc-h-le-livre-de-sa-mere-03-07-2018-12016509.php#jWOOjI4sFmZyVOEv.99

Publié dans Antenne Bretagne, Articles de presse, Livres des participants à l'école des écrivains, Livres publiés avec édition associative histoire d'écrire | Tagué , , , , ,

Fête de la lecture Saison 1 acte 3 en Bretagne Sud, été 2018

Lancée en début d’année, la Fête de la lecture entame un nouveau chapitre. Trois moments forts sont programmés cet été à Gourlizon, Plozévet et Plonéour-Lanvern. Le premier rendez-vous a lieu samedi 30 Juin 2018.

1. Un bon démarrage

La Fête de la lecture a d’abord pris racine en Pays bigouden le 20 janvier. Ce jour-là, profitant de l’élan de la manifestation nationale « Nuit de la lecture », l’association Histoire d’écrire a organisé un événement d’ampleur déployé sur onze communes du territoire. « Les gens ont été très réceptifs. Ils ont eu envie de participer », commente Michel Suzzarini, l’un des initiateurs. Pourquoi s’arrêter en si bon chemin ? La Fête se décline en quatre saisons. Au printemps, plusieurs animations se sont déroulées à Plouhinec, Tréméoc et Plobannalec-Lesconil dans des lieux publics. « Nous avons réuni jusqu’à 300 personnes, preuve que le mouvement est lancé », explique Michel Suzzarini.

Cet été, trois autres rendez-vous sont fixés :

samedi 30 juin à Gourlizon, mardi 3 juillet à Plozévet et jeudi 27 juillet à Plonéour-Lanvern.

2. Une démarche qui rassemble

Depuis plusieurs années, Michel Suzzarini arpente le territoire en proposant des ateliers d’écriture et de lecture. Objectif : (re) donner la parole aux habitants. Trois ouvrages baptisés « Gens de terre, gens de mer » témoignent de cette parole libérée. « Les gens se sont beaucoup livrés. Ces récits ont fait l’objet de lectures publiques qui ont été très bien accueillies. Cette Fête de la lecture est une suite logique à ces travaux ». La lecture comme moyen de ressembler, tel est l’adage de l’association Histoire d’écrire. « L’idée, c’est que tout le monde peut participer en lisant un texte ou simplement écouter. Nous avons tous quelque chose à partager, que ce soit un dicton, une fable, un texte personnel… C’est libre. Il n’y a pas de jugement, c’est le côté magique de la lecture ».

3. Des intervenants confirmés

C’est l’autre facette de l’événement dont le thème est « l’environnement sous tous ses aspects » : programmer des intervenants professionnels. Poètes, conteurs, chanteurs, musiciens, slameurs… seront présents lors de cette cuvée estivale. « Ces intervenants, aux univers très variés, offrent une autre dimension. Ils transportent littéralement le public », indique Michel Suzzarini. Quelques pointures seront présentes, citons par exemple le poète Jean Rio, la conteuse de voyage Marie-Claire Miljevic ou encore l’écrivain Louis Bertholom.
En soirée, la musique s’invite pour des moments plus festifs. Tous les rendez-vous sont gratuits. Dans le cadre du Contrat partenariat Europe Région Pays de Cornouaille, la fête de la lecture est soutenue par les élus et les représentants du conseil Développement (comité public/privé) et par les financements européens « programme Feader (Leader) » et les communes participantes.

4. De nouvelles ambitions

Michel Suzzarini et son équipe aimeraient élargir l’événement à l’échelle du territoire Ouest Cornouaille et même, pourquoi pas, à l’ensemble de la Cornouaille. « Nous allons solliciter les communautés de communes dans l’idée de chercher des relais », détaille l’organisateur. « Pour le moment, les communes jouent le jeu, on leur a prouvé que le potentiel est là et les partenaires privés commencent à arriver ». De bon augure. À l’automne, un nouveau volet se déroulera, cette fois-ci, dans les communes du Guilvinec, Plogastel et Treffiagat. Pouldreuzic et l’Ile Tudy devraient entrer dans la boucle début 2019.

5. Le programme ce samedi à Gourlizon

Voici le programme du premier rendez-vous estival, samedi, à Gourlizon : première lecture à l’école publique de 14 h 30 à 15 h 15 en compagnie de Jean Rio, poète, suivie de lectures de textes en poche pour ceux et celles qui le souhaitent, d’ateliers sur l’environnement, de lectures d’enfants (16 h-16 h 20 et 16 h 40-17 h) et d’un goûter (16 h 20).
Deuxième lecture devant l’église du bourg de 17 h à 17 h 45, en compagnie de Steven Hélias, conteur naturaliste, suivie de lectures de textes en poche pour ceux et celles qui le souhaitent, d’une balade autour du bourg à la rencontre du patrimoine et son environnement proche.
Troisième lecture à Ty Braz, de 18 h 30 à 19 h 15, en compagnie de Marie-Anne Le Bars, chanteuse et musicienne et Gérard Cléry, écrivain et poète, suivie de lectures de textes en poche pour ceux et celles qui le souhaitent, puis d’un pot de l’amitié.

© Le Télégramme https://www.letelegramme.fr/finistere/pont-labbe/fete-de-la-lecture-saison-1-acte-3-26-06-2018-12008428.php#2EQiMpCGHFpTkcE4.99

Publié dans Actions Bretagne, Antenne Bretagne, Articles de presse | Tagué , , , ,